117. Evénementialiser la limite

enseignants : François Chochon, Matthieu Gelin
étudiants : Lucas Huvet, Alexis Gauchet
// Master

L’ambition du projet est de transformer la limite ville/campagne en un territoire hyper attractif, à l’identité contemporaine bouleversant la dépendance historique à l’hypercentre parisien. L’hypothèse adoptée pour y parvenir serait d’« Événementialiser la limite ». Il s’agirait d’intensifier une série de vides urbains situés entre la ville et la campagne. Ces vides seraient définis par leurs alentours paysagers ; horizons agricoles et construits : tissus pavillonnaires, zones d’activités, terrains vagues, équipements sportifs… Ces vides feraient écho aux places publiques médiévales, synonymes de respiration visuelle et de rassemblement.
La nouvelle polarisation se dessinerait par l’agencement d’un bâtiment-façade contenant l’espace vide et d’une nappe hyper-dense et multiprogrammatique qui réduirait la fragilité du tissu périurbain. Le bâtiment façade de 12 étages se composerait d’une façade porteuse générique percée d’ouvertures carrées de 2m40x2m40 se déployant sur 144 mètres. À 34 mètres de haut, une faille horizontale cisèlerait le bâtiment dans sa longueur, formant un skylobby en hauteur, espace fantasmé dominant le paysage. Alors que la lame devient l’écran de la ville, la nappe de 12 mètres de haut absorberait l’ensemble des flux de marchandises, de personnes et de transports. La forte densification locale et l’implantation d’une architecture façade questionnerait le nouveau statut du vide et remettrait en question l’hyper dépendance des territoires périurbains au centre parisien.
Cet ancien terrain vague pourrait-il représenter
un nouvel espace des possibles ?

The ambition of the project is to transform the border between town and country into a hyper attractive territory, giving it a contemporary identity to upset historic dependency on the Parisian hyper-centre. The idea is to “event-alise the border” by creating a series of urban voids located between town and country. These voids are defined by the surrounding landscape, both agricultural and built: single-home fabric, zones of activity, empty lots, sports facilities… They mirror medieval public squares, synonym of visual opening and gathering space. The new hub is made up of a façade-building containing empty space and a hyper dense multi-programme layer to reduce the fragility of the urban fringe. The 12-storey façade-building is made up of a generic supporting facade pierced by square 2.40 x 2.40 m openings over 144 metres. 34 metres up, a horizontal slit cuts the building in its length forming a sky lobby, a dreamlike space dominating the landscape. The blade becomes a 12m-high city screen absorbing the flow of merchandise, people and transport. Local density and the creation of facade architecture would question the new status of the void and the hyper dependence of fringe areas on the Parisian centre. Could this old vacant lot represent a new space of possibilities?

 

62a 62b 62c 62e 62f 62g 62h 62i 62m62p