085. Altamira, une ville parmi la forêt

enseignant : Gilles Ebersolt
étudiante : Nike Kutsner
// PFE

La ville d’Altamira, dans l’état du Para a été fondée en 1911, cependant l’origine d’une cité ancienne remonte à 1750, sous l’établissement d’une mission jésuite dans la région. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, la ville se développe, avec la production de caoutchouc servant à la fabrication de pneus exportés aux EUA. Cette nouvelle économie transforme peu à peu le petit village de pêcheurs qui reçoit 55 000 habitants en l’espace de 3 ans. L’effondrement de l’effort de guerre entraîne par la suite le déclin du caoutchouc, la région entre alors dans une phase de décroissance, et subsiste de la pêche et d’activités agricoles. C’est en 1972 qu’Altamira connait son deuxième cycle économique sous l’impulsion du général Emilio Medici Garrastazu, alors président du Brésil, qui choisit Altamira comme le point zéro de la plus grande œuvre de son gouvernement, l’autoroute Trans-Amazonie. L’ouverture de la route amène colons et aventuriers en quête de travail et de terres. Altamira devient le symbole d’une nouvelle Amazonie, ou l’avenir semble prometteur. Cependant, la cession de titres fonciers, l’installation d’infrastructures de services et l’accession à des crédits agricoles rendant possible l’installation de nouveaux arrivants promis par le gouvernement ne voient pas le jour. La Trans-Amazonie transforme le paysage, les pâturages remplacent peu à peu la forêt. Les scieries se multiplient offrant la première source d’emplois. Malgré l’isolement, la région ne cesse de croître. Cependant, cette croissance s’est faite au détriment d’un modèle économique dévastateur, en particulier dans les années 2000, vers l’intérieur de l’Amazonie. En réaction, le gouvernement fédéral prévoit plusieurs opérations pour freiner la déforestation et l’accaparement des terres. Le dernier, « l’Arc de Feu », débute en 2008, et force beaucoup d’exploitants de bois d’Altamira à fermer leurs portes — l’exploitation forestière illégale continue, à une échelle moindre. Ainsi, l’économie locale tombe en léthargie. En 2010, le chômage atteint 20 %. Aujourd’hui, Altamira prépare une mutation historique avec l’arrivée du barrage Belo Monte qui bouleverse la morphologie de la ville. Bien ou mal, le barrage est en cours de construction depuis le 1er juin 2011.

 

The city of Altamira in Para state was established in 1911, though it has roots dating back to 1750 when it was a Jesuit mission in the region. The city thrived during the Second World War, its rubber production exported to the USA to create tyres. This new economy slowly transformed the fishing village which welcomed 55,000 inhabitants in the space of three years. As the war ended, and with it the need for rubber, the economy of the region once more became entirely based on fishing and farming. In 1972 Altamira went through its second economic boom under the influence of General Emilio Medici Garrastazu, the president of Brazil at the time, who chose the city as the starting point for his government’s greatest work, the Trans-Amazonian highway. The opening of the road brought settlers and adventurers in search of work and land. Altamira became the symbol of a new Amazon where the future looked promising. However the transfer of land titles, creation of infrastructure, and access to farm credit never came about. The Trans-Amazonian transformed the landscape, pasture replacing forest. Sawmills appeared, creating employment. Despite its isolation the region developed; this growth however was to the detriment of a devastating economic model, particularly at the start of the 21st century in the inner Amazon. In reaction to this, the federal government launched several operations to curb deforestation and land-grabbing. The last of these, the 2008 “Arc of Fire” forced many timber operations to close; illegal deforestation continued, though on a smaller scale. Local economy came to a standstill. In 2010, unemployment reached 20%. Today Altamira is preparing for a historical change with the construction of the Belo Monte dam which will change the layout of the city. Whether good or bad, construction of the dam started on the 1st of June 2011.

 

97_COUPE_DETAIL 97_COUPE1 97_COUPE2 97_DIVERS 97_DIVERS2 97_PERS1

97_PERS2

97_PERS3 97_PLAN_GENERAL 97_PLAN1 97_PLAN2 97_PLAN3 97_PLANS_SITUATIONS 97_SCHEMAS_COUPES 97A_COUPE3