049. L’homme et la mer : pratique, perception et image d’un territoire

enseignant : Jean-François Coulais
étudiante : Cynthia Foezon
// Master

« Le spectacle de l’océan à fleur de terre […] vous fera rêver et frémir » Denis Diderot, 1773
Avant de devenir espace de rêverie et de loisirs, l’espace littoral fut mal aimé. La relation homme-mer telle qu’on la connait aujourd’hui fut en effet inexistante jusqu’au milieu du XVIIIème siècle. La mer était alors ancrée au plus profond des croyances religieuses comme un espace menaçant, triste reste du Déluge. L’homme tournait donc le dos au rivage qu’il laissait insalubre pour se tourner vers la campagne. Pendant des siècles le littoral n’avait d’intérêt que pour sa fonction de production, sa fonction d’échange et sa position stratégique de frontière. La sensibilité pour cet espace alors effrayant, bascule avec les romantiques qui le considèrent soudain comme un endroit d’exaltation propice à la rêverie et idéal pour se soustraire à la ville et ses espaces maîtrisés. Cette époque n’est que le point de départ de l’émergence de ce qu’Alain Corbin appelle « Le désir de rivage ». S’en suivent en effet des décennies de changements culturels et sociaux qui forment le littoral tel qu’on le connait aujourd’hui. Une des étapes majeures de la mutation des littoraux est celle de l’apparition de la station balnéaire. Cette invention anglaise apparait en France dans les années 1820 en Normandie et se propage en une vingtaine d’années sur les côtes de la Manche et sur la côte Atlantique, puis en Méditerranée. Avec 2700 km de côtes la Bretagne constitue rapidement un endroit idéal pour cette nouvelle manière d’habiter le littoral. Dès 1896 elle est décrite dans les guides comme une « presqu’île exceptionnellement découpée de caps, de golfes, de criques, de fjords, d’estuaires, précédés d’une multiplicité d’îles, îlots ou récifs, […] le pays des bains de mer par excellence », et c’est un endroit idéal pour l’implantation de stations balnéaires, dispositif ville-mer nouveau qui fera muer ses littoraux pendant des décennies. Les stations que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat de près de deux siècles d’histoire. Ce sont des superpositions de plusieurs typologies spatiales et de différentes conceptions du rapport ville-mer à travers le temps. Ces transformations physiques majeures ont également engendré des transformations de la perception d’un territoire tout entier. De la carte postale aux récits de voyageurs en passant par les guides touristiques, les images du littoral ont changé et l’on est passé progressivement de l’image d’une terre de marins hostile à celle un littoral touristique ayant su conserver son patrimoine. Les relations entre l’homme et le milieu maritime sont depuis les années 1990 regroupées sous le néologisme de « maritimité ». Cette notion, peut se résumer comme une analyse des rapports entre l’homme et le milieu maritime du point de vue de la représentation, la sensibilité et de la perception. Etudier la maritimité d’un territoire c’est donc étudier la manière dont les populations le ressentent, le parcourent et l’habitent mais aussi la manière dont elles se le représentent et l’imaginent. Comment la station balnéaire influence-t-elle aujourd’hui les rapports homme-mer sur le littoral breton??
Les configurations actuelles des espaces littoraux continuent de modifier la maritimité du territoire tout entier que ce soit du point de vue des « gens de mer », qui y vivent, ou de celui des « gens de terre », qui y passent. Après une première définition du concept de maritimité et à travers l’étude de trois stations balnéaires de typologies et histoires différentes, nous aborderons les dispositifs spatiaux spécifiques produits par la station balnéaire et leur influence le rapport de l’homme à la mer. Nous aborderons également l’évolution des activités maritimes et notamment l’apparition de nouvelles pratiques sportives qui instaurent un nouveau rapport entre le corps et les éléments naturels. Nous considérerons ensuite la station balnéaire comme productrice de l’imagerie collective d’un territoire mais aussi comme vecteur de changements sociaux. Ce travail sera un aller-retour permanent entre une étude de terrains et le questionnement de la notion même de maritimité dont nous tenterons de construire progressivement le sens précis. Cette première ébauche a pour but de faire comprendre au lecteur l’objet du futur mémoire en donnant d’abord une définition de la notion central de maritimité afin d’en comprendre la portée. Il conviendra ensuite d’aborder la station balnéaire et ses typologies pour expliquer le choix des trois terrains d’études à savoir Saint Malo, Tréboul et Quiberon avant d’expliquer le processus de recherche qui sera mis en place.

 

« The spectacle of the ocean subsurface […] will make you dream and shudder » Denis Diderot, 1773
Before becoming a place of dreams and leisure, man did not like the coast. Man’s love of the seaside as we know it only appeared halfway through the 15th century. The sea was deeply rooted in religious beliefs as a menacing place, leftovers of the flood. Man turned his back on the squalid coast to face the countryside. For centuries the coast was of interest only for its production, exchange, and strategic border position. Sensitivity for this frightening place was changed by the romantics who went there to be inspired and dream, an ideal escape from the city and its controlled spaces. This period was the starting point for the emergence of what Alain Corbin calls the “desire for the shore”. Decades of cultural and social change followed, developing the coast into what it is today. One of the main stages of this change was the development of the seaside resort. This British invention appeared in France for the first time in Normandy in the 1820s, and over a twenty year period spread along the Channel then down the Atlantic to the Mediterranean. With 2700km of coastline, Brittany quickly became an ideal place for this new seaside lifestyle. As of 1896 it was described as a “peninsula exceptionally shaped into bays, coves, headlands, fjords, estuaries, around which a multitude of islands, islets or reefs […] the place to swim par excellence.” It was an ideal place for seaside resorts, new seaside cities that changed the coast for decades. The resorts and towns that exist today are the result of almost two centuries of history, layers of spatial types and different concepts of the relationship between city and sea. These major physical transformations also changed the image of the whole territory. From postcards to traveller’s tales to guide books, the image of the coast has changed and evolved from a hostile environment for sailors to heritage tourist destination. Since the 1990s the relationships between man and sea have been coined “maritimity”, a notion that analyses these relations in terms of representation, sensitivity and perception. Studying the maritimity of a territory is to study the way in which the population view it, live it, use it, but also how they represent and imagine it. How do seaside resorts influence the relationships between man and sea on the coast of Brittany today? The current layouts of the coastline continue to modify the maritimity of a territory, whether by the “people of the sea” – the inhabitants – or the “land people” who pass through. After a first definition of the concept of maritimity and after studying three types of seaside towns with different histories, we will focus on the characteristic spatial devices produced by resorts and their influence on how man sees and feels about the sea. We will also analyse the evolution of maritime activity and namely the appearance of water sports which create a new relationship between the body and natural elements. We will then consider the seaside resort as producer of the collective image of an area and vector of social change. This work will take into account both on-site study and the very question of maritimity whose meaning we will try to define. This first draft was to help the reader understand the subject of the future thesis by first giving a definition of the main idea of maritimity in order to understand its reach. We will then present the many types of seaside resort to explain the choice of three chosen study sites, St Malo, Tréboul and Quiberon, to then explain our research approach.

 

49_-_Saint_Malo