042. Fonctionnalité et couleurs en architecture

enseignante : Elke Mittmann
étudiante : Laura Geneau
// Troisième année

La couleur est un élément inhérent à l’architecture, elle est présente à toutes les époques et dans toutes les civilisations. Cependant, elle est utilisée à des fins très diverses. De manière générale, avant le XXème siècle, la couleur est appliquée sur les édificice dans un but plutôt narratif et ornemental. Les peintures préhistoriques, les ornementations des tombeaux égyptiens ou encore les plafonds peints des châteaux témoignent de la volonté de colorer les parois d’un édifice pour l’animer. On peut ainsi remonter en 1825 avec la théorie de la polychromie des édifices antiques menée par l’architecte français Jacques Ignace Hittorff. A partir du XXème siècle, les architectes tels que Bruno Taut en Allemagne commencent à utiliser la couleur pour des fins qui dépassent son aspect ornemental. Ainsi, à travers plusieurs exemples de l’histoire de l’architecture, une autre dimension de la couleur en architecture est mise en évidence. Il s’agit d’une dimension sociale, politique qui témoigne d’une envie de donner une nouvelle représentation et perception du monde. Les exemples sélectionnés que sont l’architecture de verre, le travail de Bruno Taut, l’architecture du mouvement De Stijl et le Centre Pompidou, se rejoignent dans le fait qu’ils se révèlent être des édifices emblématiques de l’architecture de couleur mais aussi parce qu’ils donnent à voir par cette architecture colorée un nouveau monde. Par ailleurs, ces exemples s’appuient aussi sur les travaux sur la théorie de la couleur menés notamment par Johannes Itten au Bauhaus. Au delà, des desseins politiques, l’architecture de couleur révèle un côté plus fonctionnel. Taut fonde l’AFK Arbeitsrat für Kunst en 1919 un groupement d’architectes, d’écrivains dont le but est entre autres de démocratiser l’Art : « L’art et le peuple doivent former une entité. L’art ne doit plus être un privilège pour quelques uns mais doit être apprécié et connu par les masses. L’objectif est une alliance des arts par le biais de la grande architecture » (1919). Grâce à cela, il attire de nombreux artistes et architectes importants tels que Walter Gropius. Et, alors que l’Allemagne subit une grave crise économique, Taut lance un « Appel pour l’architecture colorée » en 1919 par le biais d’un article intiltulé « Aufrufzum farbigen bauen » (Bauwelt, l’arc en ciel). Ce n’est pas seulement, une sociospirituelle joie de vivre qui motive l’utilisation de la couleur. Effectivement, Bruno Taut commence à expérimenter la couleur pour examiner d’autres effets tels que la perception de l’espace, la lumière ainsi que le rapport à l’environnement. Sa propre maison de famille construite à Dahlewitz en 1926/1927 explore ces idées fonctionnelles. A ce sujet, l’architecte écrit : « La forme de la maison correspond à une cristallisation des conditions atmosphériques. Elle est basée sur la couleur. » Il utilise le noir et blanc. A l’est, le mur est entièrement peint en noir pour absorber les rayons du soleil, tandis que les façades ouest sont blanches reflètant ainsi la lumière de l’après-midi.
Le travail de Bruno Taut sur la couleur évolue en fonction du contexte de réalisation de ses projets, il est lié à la situation politique de son pays et à sa volonté réformiste afin de proposer un monde meilleur. L’utilisation de la couleur est reliée à la sensibilité physiologique de l’Homme, aux sensations que la couleur procurent notamment une certaine joie de vivre. La couleur lui permet aussi d’exprimer ses idées au sujet du logement c’est-à-dire intégrer la mixité sociale au sein d’un même ensemble de logement. Et pour cela, il s’appuie sur les recherches artistiques de son époque. […]

 

Colour is inherent to architecture: it is present in all periods and in all civilizations. It is used for many different purposes however. In general, before the twentieth century, colour was applied to buildings for narrative and decorative reasons. Prehistoric paintings, Egyptian tomb ornamentation, painted ceilings in castles tell of colouring building walls to animate them. This goes back to1825 with the theory of polychrome ancient buildings conducted by the French architect Jacques Ignace Hittorff. As of the twentieth century, architects such as Bruno Taut in Germany begin to use colour for purposes beyond ornamental appearance. Thus, as several examples of architecture history show, another aspect of colour in architecture is developed: a social, political dimension that reflects a desire for a new representation and perception of the world. The examples selected – Burno Taut’s glass architecture, the De Stijl movement, and the Pompidou Centre – are all emblematic buildings of architectural colour that reveal a new world. These examples are also based on theories of colour, namely that of Johannes Itten at the Bauhaus. Colour architecture takes on a more functional aspect in regards to politics. In 1919 Taut creates AFK Arbeitsrat für Kunst: a group of architects and writers whose aim, amongst others, is to democratise art: « Art and the people should form an entity. Art should not be a privilege for a select few but must be known and appreciated by the masses. The goal is an alliance of the arts through great architecture. » (1919). Thanks to this, it attracts many important artists and architects such as Walter Gropius. And as Germany suffers a severe economic crisis, Taut launches a « Call to colourful architecture » in 1919 through an article entitled « Aufrufzum farbigen bauen » (Bauwelt, the rainbow). Colour is not only used for its socio-spiritual joie de vivre. Indeed, Bruno Taut began to experiment with colour to see what other effects it could have on the perception of space, light, and relationship the environment. His family home built in 1926-27 in Dahlewitz explores these functional ideas. Of it, he wrote: « The shape of the house is a crystallization of atmospheric conditions. It is based on colour. »He uses black and white. To the east, the wall is painted completely black to absorb the sun’s rays, while the western facades are white to reflect the afternoon light. Bruno Taut’s study of colour adapts to the different contexts of the projects; it is linked to his country’s political situation and his reformist desire to create a better world. Use of colour is linked to Man’s physiological sensitivity, to the sensations it provides, particularly a certain joy. Colour also allows him to express his ideas about social integration in housing. This is based on the artistic studies of his time. […]

 

42_-_PAGE_DE_GARDE