028. Visions d’un espace photographique

auteur : Pierre Gaudin

1. L’espace de la photographie

La photographie entretient avec le paysage et l’architecture des rapports anciens et fondateurs de la société contemporaine. Nouvelle image fixée au XIX
perpétuelle invention et trouve de multiples applications.
Traiter l’espace de la photographie se fait de deux points de vue principaux : l’espace qu’ouvre (et que « couvre ») la photographie en tant que représentation du réel et document (territoires, paysage, architecture) et l’espace de la photographie elle-même en tant qu’estampe de création, surface entre un « pensé voir » et un « objet vu ». La spécificité photographique est ainsi révélée au prisme des conditions de sa production et de sa réception. Une image édificatrice entre art, science et technique. Une image en prise avec le réel. Entre constat et contrat social, enquête et reportage. Une image diffusée. Les procédés d’impression et reproduction de masse ont changé l’échelle de vision des sociétés contemporaines.
Une image partagée. La facilité des procédés a permis son extraordinaire développement en tant que pratique amateur. Les usages sociaux sont au cœur de l’espace de la photographie. Une image à la recherche de son esthétique. Rapports de la création photographique avec l’art.

2. Des intérieurs habités par la photographie

Comment représenter photographiquement un lieu habité ? Depuis son invention et son affirmation en tant que document et œuvre artistique, la photographie contribue à la représentation de l’habitat et des pratiques habitantes. Comme le cinéma elle renseigne non seulement les formes et les dispositions spatiales – tant pratiques que symboliques – dans la maison, mais aussi le temps des espaces habités. Comment les lieux habités (intérieurs domestiques et lieux intermédiaires, à la lisière de l’espace public et de l’espace privé) sont représentés pour exprimer le chez-soi ? Quel type de lieux habités ? Toutes les formes du logement : appartement, maison individuelle, chambre d’hôtel ou résidence, habitat mobile ou précaire… mais aussi l’inhabitable. Le but est de se sensibiliser à l’histoire de ces représentations, de percevoir l’actualité des rapports entre photographie, architecture et anthropologie des espaces habités et de construire et analyser l’image d’un lieu habité, à partir d’un terrain en utilisant la photographie comme outil d’enquête anthropologique en s’intéressant autant aux espaces qu’aux usages.

 

1. Space in photography

The strong relationship between photography and landscape and architecture is a foundation of contemporary society. New fixed image in the 19th century, photography has multiple applications linked to its many inventions.
Photographic space is treated through two main points of view: the space that photography opens up (and “covers”) as a representation of reality and documentation (territories, landscape, architecture) and the space on the photo itself as a print of creation, a surface between a “thought I saw” and a “seen object”. Photographic specificity is thus revealed through its conditions of production and how it is received. An edifying image between art, science, and technique. An image with a hold on reality. Between assessment and social contract, photographers cum reporters were quick to investigate situations the world over. A broadcast image. Amongst the many applications of photography, the process of mass printing and reproduction has changed the scale of vision of contemporary societies. A shared image. The relative ease of the process and treatment of the photographic image has enabled its extraordinary development as an amateur practice. Social uses are at the heart of photographic space.
An image seeking an aesthetic. Photography has intimate and often conflicting ties to art.

2. Interiors inhabited by photography
How can an inhabited place be represented?
Since its invention and confirmation as a document and work of art, photography has contributed to representing habitats and lifestyles. Like film, it informs not only on domestic shapes and spatial layouts – both practical and symbolic – but also time in inhabited space. How are inhabited places (domestic interiors and intermediate space between public and private) represented to express the home? What type of inhabited places? All types of housing: apartment, individual house, hotel room or residence, mobile home or precarious dwelling… but also the uninhabitable. The aim is to tell people a story about these representations, to see the current relationship between photograph, architecture and anthropology in these inhabited spaces and to construct and analyse the image of an inhabited place, based on a terrain using photography as an anthropological tool, for both spaces and uses.

 

1