002. Aphorismes #2

auteur : Frank Rambert

Voici six aphorismes
Ils parlent de la matière
De celle avec laquelle nous œuvrons et par laquelle
Nous pouvons nous faire une certaine idée du monde

La matière à l’égal de l’homme possède vices et vertus
Chercher à réaliser dans la matière la perfection que nous propose le verbe est une idée forclose
La matière de l’architecture ne nous fera jamais qu’entrevoir ce que le verbe voulait tellement

À employer des matériaux nobles on voudrait croire que l’on va en tirer une valeur supplémentaire
Richesse et pauvreté sont des états que nous attribuons à la matière
avec lesquels nous travaillons nécessairement
Pourtant ce ne sont pas les états de la matière qu’il nous faut mettre à jour mais sa nature même.

De la matière que l’homme convoite au matériau qui va le servir
Il y a le passage par l’outil qui forme et qui informe
La matière passe à l’état de matériau quand l’homme a un projet pour elle.

La matière garde précieusement la mémoire des choses sur son corps en décomposition
La trace du dernier outil du dernier vent d’une dernière pluie
La matière se souvient et à peine l’édifice est-il achevé que le temps déjà le fait trembler

La matière possédera toujours en elle les vertus auxquelles l’homme croit pouvoir se dérober
Et les pierres se souviennent à jamais de ce que l’homme a mis si peu de temps à oublier

Nous faisons allégeance à la matière et elle ne se livrera qu’à ceux qui auront appris d’elle.

 

Here are 6 aphorisms
They refer to matter
That which we work with and through which
We imagine the world

Matter, like man, has vices and virtues
To seek perfection in a material according to a verb is a lost cause
Materials in architecture will only slight reveal what the verb most wanted

To use noble matter makes us believe that they have more value
Rich and poor are values that we attribute to matter
With which we necessarily work
But it is not the state of materials that we must bring to light but their very nature.

From the matter that man desires to the material that he will use
Through the tool that will shape and inform
Matter becomes material when man has a project for it.

Matter preciously keeps the memory of things on its decomposing body
The trace of the last tool of the last wind of the last rain
Matter remembers and the barely finished building already trembles with time

Matter will always have virtues that man thinks he can steal
And stones will always remember that it took man so little time to forget

We pledge allegiance to matter and it will only deliver to those who learn from it.

 

INGIRUMIMUSNOCTE_01_01