206. Ville androgyne

enseignants : Ido Avissar, Susanne Stacher
étudiants : Jeanne Lamour, Andrea Ventimiglia
// Master

L‘androgyne est un être humain dont l’ambiguïté de l’apparence ne permet pas de savoir à quel sexe ou genre il peut appartenir. Il est l’un et l’autre. La traduction en termes d’espace s’est faite grâce à une collection d’une dualité de concepts classés comme féminins, masculins, androgynes. La ville androgyne se situe sur l’île d’Ouessant, en Bretagne. Historiquement, Ouessant est un espace que l’on peut sexualiser. Absents, les hommes étaient marins de commerces. Ils n’étaient présents que quelques semaines dans l’année, excepté les gardiens de phare, en périphérie de l’île. C’étaient donc les femmes qui géraient la vie sociale. Comme elles ne touchaient pas directement le salaire de leur mari, elles devaient subvenir à leurs propres besoins et travailler la terre, élever de petits animaux, ramasser le goémon et bricoler. Trois différents territoires ont été observés, les côtes, ponctuées de quelques phares qui seraient plutôt associé à l’homme, les hameaux avec les maisons ouessantines, territoire féminin et le village de Lampaul, bourgeois, anciennement habité par des continentaux. La ville androgyne se fait peu à peu, en accentuant toutes ces microdifférences existantes et en proposant une déclinaison d’androgynéisation de chaque architecture référentielle : le phare, la maison typique et la maison bourgeoise, en utilisant le parcellaire particulier de l’île.

 

Androgynous people have an ambiguous appearance that makes it difficult to know their gender. We translated this into spatial terms by diving concepts into feminine, masculine, androgynous. The androgynous city is located on Ouessant Island in Brittany. Historically, Ouessant is a place that can be assigned a sex: except for the lighthouse keepers around the island, the men were commercial sailors, present only a few weeks a year. It was therefore the women who managed social life. As they didn’t have access to their husbands’ salaries, they had to make their own way and work the land, raise animals, collect seaweed, and do a number of other odd jobs. We studied three different areas: the coast with its scattered lighthouses associated to men, the hamlets with their local houses relating more to women, and the bourgeois village of Lampaul which used to be inhabited by mainlanders. The androgynous city was created bit by bit, by highlighting existing micro-differences and proposing an “androgenisation” of each architectural reference: lighthouse, local house, bourgeois house.

 

IMAGEja

75r

75q

75p

 

 

75m 75l

75k

75j

75i

75h

75f 75e

75d 75c

75a