193. Terre Ferme

enseignants : Djamel Klouche, David Van Severen, Joachim Declerck
étudiants : Etienne Pernot Du Breuil, Hugo Maffre, Grégory Dubuard
// PFE

Terre Ferme est un projet qui articule simultanément trois interventions de différentes échelles d’influences. Il inscrit l’île de Lampedusa dans le réseau d’échanges et de commerce méditerranéen à travers une plate-forme logistique cogérée entre l’Europe et l’Afrique. Ce programme extraterritorial devient, précisément sur ce site qui est, aujourd’hui, le principal témoin d’un certain clivage Europe-Afrique, un moteur de prospérité et de cohabitation en Méditerranée. Il fait aussi de Lampedusa un territoire productif et reboisé, en y installant un vaste réseau d’eau douce basé sur la récupération des eaux pluviales. Ce réseau permet non seulement la remise en activité et le développement du secteur agricole sur l’île, mais alimente aussi la ville, le port et certains programmes touristiques fortement demandeurs en eau. L’abondance de cette eau douce devient un vecteur de coexistence entre des fonctions peu complémentaires aujourd’hui et confère à l’île une autonomie économique locale et durable. Le projet Terre Ferme donne par ailleurs à Lampedusa une nouvelle identité hétérotopique à travers une série de lieux de convergences, nouveaux espaces partagés par une population méditerranéenne. Cette population mêlant agriculteurs, pécheurs, touristes, mais aussi toutes les personnes venues d’Europe et d’Afrique pour travailler au port ou dans les activités qui y sont liées, évoluent dans ces espaces, lieux de rencontres et de cohésion sociale.

There are three simultaneous parts to this project, at three different scales. It makes Lampedusa Island part of the Mediterranean trade network through a logistical platform co-managed by Europe and Africa. This extra-territorial programme on a site that currently bears witness to a Europe-Africa rift will become a trigger for prosperity and cohabitation in the Mediterranean. It also turns Lampedusa into a productive reforested territory, by creating a vast freshwater network based on recycling rainwater. This allows the development of the island’s agriculture and supplies water to the city, the harbour, and certain tourist programmes that require a large amount of water. The abundance of freshwater encourages coexistence between functions that are not necessarily complementary today, and ensures local and sustainable economic autonomy. The Land Ho project also provides a new heterotopic identity by creating areas for the Mediterranean population to meet and exchange. A mix of farmers, fishermen, tourists, migrants from Europe and Africa who work in the harbour or the activities linked to it, evolve in these spaces, these meeting places for social cohesion.

78_axo_CITERNEfinale-01

78_axo_extension_ville-01

78_axo_port-01

78_axo_SPAfinale-01

78_FIGURE_1_PORT_DESSEIN_MEDITERRANEEN

78_FIGURE_2_EAU_STRUCTURE_DU_TERRITOIRE

78_FIGURE_3_LIEUX_DE_CONVERGENCES

78_INSTALLATION_COMPLETE

78_MAQUETTE_COMPLETE

78_MAQUETTE_ET_SATELLITE

78_MAQUETTE_ZOOM_aqueduc

78_PFE_PLAN_1_2500e_PERNOT_MAFFRE_DUBUARD

78_PFE_PLAN_SITUATIONS_1_1000e_PERNOT_MAFFRE_DUBUARD

78_VISUEL_AQUEDUC_VIGNES

78_VISUEL_BELVEDEREfinal

78_VISUEL_CHAI_copie

78_VISUEL_COLLINE_copie

78_VISUEL_PARC_URBAIN_copie

78_VISUEL_PLATEFORME_TOURISTES_copie

78_VISUEL_REFORESTATION_CANYON

78_VISUEL_VILLE_PORT_copie

78A