190. Sur le fil

enseignants : Luc Vilan, Roland Vidal
étudiants : Lucile Pujol, Margot Fisher, Thomas Braud
// Master

Le territoire se situe à la limite de l’agglomération d’Arpajon. Malgré l’éclatement urbain caractéristique de la zone, le terrain présente la particularité de la permanence d’un axe important, l’ancienne voie de Paris à Orléans. Cette grande voie royale finit alors aujourd’hui en impasse près d’un échangeur important et ses rives ont été laissées à l’abandon depuis la déqualification de l’axe. Le projet cherche à refaire de ce lieu une entrée de ville, d’inverser son début et sa fin actuelle. Puisque les pratiques de cet espace sont caractérisées par le mouvement perpétuel, il s’agit de comprendre en quoi ce déplacement peut contribuer à créer du lieu. Tandis que les infrastructures routières en marge de la métropole sont conçues initialement de manière presque autonome à l’environnement qu’elles traversent, elles pourraient plutôt être pensées comme des lignes structurantes, ponctuées de repères. Le mouvement est utilisé pour sa capacité d’adhérence, et par conséquent, à créer du local. Au désordre et au flux d’image imposé par la vitesse, le choix a été fait de répondre par une organisation en séquences, qui correspond à cette ligne, à ce fil tendu de la frange jusqu’au centre-ville. Trois séquences de projet s’inscrivent sur le fil, impulsant à des espaces cadrés une dynamique susceptible de se répandre sur l’axe entier : un pôle intermodal, de transition entre les modes de déplacements, un tissu hétérogène à dominance résidentielle et un projet d’implantation de commerces de proximité pour reconquérir les trottoirs.

The site is located on the boundary of Arpajon. Despite urban breakup typical of the area, the plot is distinctive in that it is crossed by an important axis, the former road from Paris to Orleans. This great royal road currently stops in a dead end near the interchange and its edges have been abandoned. Our project aims to make this site into a city gate, to invert its current beginning and end. Since its characteristics are based on perpetual movement, we sought to understand how this could contribute to the creation of a place. Though fringe road infrastructure is initially designed independently of the environment that it crosses, it could be thought of as a structural line complete with landmarks. Movement is used for its adhesion, and consequently to create local build-up. In answer to the disorder and rapid images that accompany speed, we chose to organise the project into a sequence from fringe area to city centre. It is activated by three schemes: an intermodal hub for transition between different types of transport, a diverse, largely residential fabric, and local shopping areas to reconquer the pavement.

67a

67b

67c

67d

67e

67f

67g

67h

67j

67l

67m

67n

67o 67p 67q

67r

67s