186. Strip sur Yvette

enseignants : Fabien Duchene, Nadia Hoyet
étudiants : Charlotte Laurentin, Jonas Debacker, Matthieu Cadaert
// 3ème année

En contrebas du plateau de Saclay, le campus de l’université Paris-Sud XI s’étend au creux de la vallée sur les territoires d’Orsay et de Bures-sur-Yvette. Délaissée par l’ambitieux projet du Grand Paris, la vallée de l’Yvette présente pourtant des atouts paysagers et géographiques remarquables. En partie vétuste et mal intégré au cœur d’un environnement urbain assoupi, le campus présente un véritable potentiel et nécessite aujourd’hui une restructuration de grande ampleur. L’Yvette qui divise aujourd’hui un territoire dans lequel cohabitent malgré eux étudiants et citadins, doit alors s’ériger en véritable « strip urbain », lieu à haute densité d’activité à la manière du strip de Las Vegas, dans le but de lier les tissus universitaires et urbains à travers la mise en place d’un programme mixte et varié. Les abords du cours d’eau sont ponctués de nombreuses ambiances poétiques, notamment autour d’un ensemble de logements étudiants du CROUS, constitué de deux barres parallèles implantées en vis-à-vis l’une de l’autre dans les années 1970. Aujourd’hui vétustes et particulièrement énergétivores, ces logements étudiants inadaptés sont le territoire idéal pour lier les enjeux d’une réhabilitation profonde à ceux invoqués par la création d’un espace paysager densifié. De nouveaux logements réhabilités selon les normes thermiques actuelles font donc désormais face à un centre d’exposition dédié aux travaux universitaires et à un parc qui intègre les ruines modernes des anciens logements. Celles-ci, constituées d’une partie du bâtiment démolie arbitrairement, s’offrent au temps, aux altérations climatiques, et aux usagers. Espaces libérés de toute fonction prédéfinie, ils ne sont désormais plus qu’un non-bâtiment qui vit en symbiose avec son environnement. Ces ruines qui font architecture ouvrent la porte à de nouveaux horizons, où l’abandon laissera place aux prémices d’un avenir en renouveau. Champ d’expression offert aux jeunes étudiants et aux promeneurs occasionnels, elles sont une occasion de redécouvrir le site, de l’explorer sous un angle nouveau, de se l’approprier et de le vivre tout en le créant.

Below the Saclay plateau, the Paris-Sed XI University campus spreads across the valley through Orsay and Bures-sur-Yvette. Though forgotten by the ambitious Grand Paris project, the Yvette valley has remarkable geographical and landscape qualities. The dilapidated and badly integrated campus has real potential and is in need of large-scale restructuring. The Yvette, dividing a territory in which students and inhabitants have no choice but to live together, must become an “urban strip”, a high-density area grouping different activities like the Las Vegas strip, in order to blend the university and city fabrics. The river banks are dotted with poetic environments, namely around a student housing unit made up of two parallel blocks that were built facing one another in the 70s. Currently neglected and inefficient energy-wise, this unsuitable student housing is the ideal place to connect rehabilitation and dense landscaping. A number of student dwellings are rehabilitated according to current energy standards. They face a new exhibition centre dedicated to university work and a park integrating the modern ruins of the old housing, demolished at random. These are left to the whims of time, climate, and users. Freed of any defined programme, they become a non-building in symbiosis with is environment. These ruins lead to new possibilities in which desertion is the promise of a new future. A field of expression left to the students and passers-by, they are an opportunity to rediscover the site, explore it in a new light, use it and live it while creating it.

 

148 P45_STRIP_COUPES_(1) P45_STRIP_COUPES_(2) P45_STRIP_EXISTANT P45_STRIP_MAQUETTE_(1) P45_STRIP_MAQUETTE_(2) P45_STRIP_MAQUETTE_(3) P45_STRIP_MASSE P45_STRIP_PERS_PRINTEMPS_HIVER P45_STRIP_VUE_INT